Compte-rendu du Stage d'Aïkido animé par Léo Tamaki et Farouk Benouali du Samedi 12 Octobre 2013 au Dimanche 13 Octobre 2013 à Villeurbanne (69100)

Ajouté le 25/10/2013 00:10:00 par anonyme

Commentaire

voici le compte-rendu du stage commun de Léo Tamaki et Farouk Benouali à Lyon les 12 et 13 octobre.

 

Chaque demi-journée était divisée en deux cours d'1h30, animée par l'un ou l'autre des deux intervenants.

 

Il n'est pas besoin de préciser que j'ai déjà suivi LT quelques fois en stage. Pour FB, il s'agissait de la 4ème fois en 3 ans que je le rencontrais.

 

Profitant (je suppose) d'avoir une grande salle pour ce stage, Léo a consacré ses cours au travail du jo. Farouk a choisi de nous montrer des parallèles entre le tai-jutsu et le travail de ken pour la journée du samedi, et un élément de sa recherche sur kokyu ho le dimanche.

 

Des erreurs se sont très probablement glissées dans ce compte-rendu concernant l'ordre dans lequel ont été travaillées les techniques, notamment au jo. Rien de grave me direz-vous, mais si la construction ne vous parait pas des plus logiques, n'allez pas vous dire que LT organise son cours n'importe comment 

 

Compte-rendu technique

 

Samedi matin

Cours de Farouk

Dans ce cours, Farouk a mis l'accent sur l'importance des déplacements, du jeu des hanches et de mobiliser tout le corps.

 

Suburi : shomen uchi, kiri kaeshi (une main, à droite et à gauche, avec les deux mains).

 

Pour toute la suite, uke réalise shomen uchi comme première attaque.

 

Entrée : sur l'attaque d'uke, tori effectue shomen uchi, jusqu'à prendre contact avec le ken d'uke. Ensuite, tori recule en prenant un angle (sankaku), tout en gardant le contact. Pour cette entrée, FB a insisté sur l'importance d'être en awase.

 

Tsuki : le mouvement précédent continue avec uke qui poursuit avec un tsuki en passant la lame de son ken à gauche de celle de tori, afin de récupérer l'axe. Tori effectue alors kiri kaeshi en allant vers la droite.

 

Pour travailler le mouvement conduisant au tsuki, FB a continué le cours en passant en tai-jutsu.

 

Ai hanmi katate dorikokyu nage : à partir de la saisie, avec un déplacement du poids du corps, tori doit réussir à emmener uke sur l'avant. Une fois uke déséquilibré, tori peut entrer et couper au visage avec la main libre. La rotation de la main et du bras peut aider au mouvement, mais elle ne doit pas remplacer le travail du corps.

 

Ai hanmi katate dorikokyu nage : travail similaire, mais cette fois, tori revient couper avec la main qui est saisie.

 

Cours de Léo

Jo nage kokyu nage #1 : basiquement, le mouvement se résume à amener le partenaire sur l'avant, passer le jo de l'autre côté de son corps, le projeter. Ce travail a d'abord été effectué à vitesse normale avant d'être travaillé au ralenti pour rechercher les sensations.

 

Pour la suite, l'attaquant devait se retrouver en position ai hanmi (et non gyaku hanmi, comme il sera travaillé dans l'après-midi) après la frappe.

 

Jo dorientrée en déplaçant la jambe arrière.

 

Jo dori entrée en déplaçant la jambe avant : la tête et le buste doivent être le plus immobiles possible. Là encore, les mains doivent se poser sans perturber le mouvement du partenaire.

 

Jo dorikokyu nage : même exercice qu'en jo nage, avec l'entrée "jambe avant".

 

Samedi après-midi

Cours de Léo

 

Jo dori (ai hanmi) kokyu nage #2 : il s'agit ici d'un kokyu nage travaillé au mois de juillet, lors du shoshu keiko. Le mouvement peut être décomposé en quatre étapes (pour l'explication, pas pour le travail)

  1. entrer à l'intérieur, à côté du partenaire et poser les mains sur le jo ;
  2. monter le jo à la verticale, avec les mains du partenaire du côté de l'extrémité la plus haute ;
  3. descendre pour créer le vide, le jo passant à la position horizontale ;
  4. projeter en avançant le jo.

 

Jo dori (ai hanmi)kokyu nage #3 :

  1. entrer à l'extérieur avec la main avant qui vient prendre un contact, non pas pour contrôler mais pour avoir l'information sur le mouvement d'uke ;
  2. l'autre main vient se poser sur la main avant d'uke, en même temps le pied du côté du jo vient se poser sur le pied avant d'uke ;
  3. avancer et monter la main au niveau de la tête pour amener au sol.

 

Jo dori (gyaku hanmi)kokyu nage #3 : même chose qu'en ai hanmi, sauf que la main ne va pas monter à la tête, mais coupe au niveau de la tête.

 

Jo dori (gyaku hanmi)kokyu nage #4 :

  1. entrer à l'intérieur et poser les mains sur le jo, la main avant entre les mains d'uke, les deux paumes vers le sol ;
  2. monter le jo horizontalement, faire un cercle et projeter en créant le vide.

 

Dans cette technique, il est important de ne pas perturber l'orientation des mains d'uke pour que celui-ci ne réagisse pas au mouvement.

 

Jo dori (gyaku hanmi)jiyu waza

 

Cours de Farouk

 

Sur une attaque tuski, tori prend contact et effectue maki otoshi. Ensuite, profitant d'avoir chassé le ken, tori coupe au niveau des poignets avec le dos de la lame. Puis, il poursuit en faisant kiri kaeshi vers la gauche.

 

Sur shomen uchi, tori tape dans le flanc d'uke avec le dos de la lame. Puis, en avançant (kikentai), il retourne la lame et coupe uke dans le dos puis coupe shomen uchi. Ce mouvement est similaire à celui d'irimi nage.

 

Shomen uchi nikkyo ura

 

Shomen uchiirimi nage : la technique a été travaillée avec différentes profondeurs d'entrées. Selon la profondeur, on peut venir contrôler/bousculer uke au niveau des bras, lorsque son attaque est plus ou moins développée.

 

Départ en haso no kamae pour uke, seigan no kamae pour tori. Au moment où uke coupe, tori monte et coupe également.

 

Dimanche matin

Cours de Farouk

Ce cours a été consacré à kokyu ho, avec des variations dépendant de la manière dont saisit uke.

 

Pour s'échauffer, FB a démarré le cours par différents suburi et mouvements de ken, dont la coupe dans les 2, puis 4 et enfin 8 directions.

 

Suwari waza ryote dorikokyu ho : réaliser le mouvement en se concentrant sur le centre de la main (centre de "force", pas centre géométrique).

 

Pour la suite, la saisie ryote a été modifiée en saisie katate dori pour simplifier le travail.

 

Si uke saisit en tenant le radius, il faut garder son mouvement en acceptant de recevoir le mouvement par le radius, puis en renvoyant avec le cubitus.

 

Similairement, si uke saisit au niveau du cubitus, il faudra renvoyer avec le radius (ceci est une image).

 

Si uke saisit entre les deux, la suppination de la main permetde de "relier" les os entre eux et de renforcer l'axe du bras.

 

La suite du travail a été effectuée en tachi waza

 

Katate doriikkyo : en gardant l'esprit du travail qui a été effectué auparavant.

 

Katate dori kokyu nage ?

 

Cours de Léo

Le travail vu en jo dori la veille a été retravaillé (sauf le kokyu nage #2).

 

Jo dori (ai hanmi)kokyu nage #3

 

Jo dori (ai hanmi)ikkyo

 

Jo dori (gyaku hanmi)kokyu nage #3

 

Jo dori (gyaku hanmi)kokyu nage #4

 

Jo dori (ai hanmi)kokyu nage #1

 

Jo dori (ai hanmi)jiyu waza

 

Mes impressions

FB a proposé un travail très intéressant tant au niveau du parallèle entre tai jutsu et travail au ken, qu'en termes de travail sur les déplacements.

 

Concernant Léo, je n'avais eu qu'un bref aperçu de son travail au jo en juillet et ce stage a permis de le voir un peu plus pronfondément. Je ne suis pas un grand fan du jo, mais cela ne retire rien à l'intérêt d'un tel travail, qui permet de mettre en avant des principes identiques à ceux du travail à mains nues que j'ai eu l'occasion de voir par ailleurs.

 

Si j'aime bien et trouve intéressant le principe du stage co-animé, le format de cours d'1h30 me paraît un peu court pour avoir le temps de vraiment rentrer dans le travail comme un stage normalement le permet. Ceci est aussi dû au fait que LT et FB ne propose pas une pratique qui, bien que similaire par certains aspects, diffère assez fortement par d'autres.

Article source