Daniel Lazennec :  Présentation

Fédération :
Fédération d'Aï-Doï
Grade(s) :
Site internet :
Parcours :
Depuis l'âge de 11 ans, Daniel Lazennec a cherché des réponses à la violence, au sens de la vie et à la mort.

Depuis 1967, il a pratiqué diverses disciplines pour trouver des réponses : Hatha Yoga, Zen Soto, Judô, lutte gréco-romaine, deux formes de Karaté-Dô, médecine chinoise, puis l'Aïkidô. Jusqu'en 1980, les trois formes d'Aïkidô expérimentées ne comblaient pas ses attentes, et n'avaient laissé que des incohérences entre les mots utilisés et les actes produits. Aucune lui semblait refléter les écrits de Ô Senseï Ueshiba Morihei. Suite à ces expériences, la décision d'abandonner l'Aïkidô avait été prise.

Quelques jours plus tard, il reçut l'invitation à se rendre à un stage sur Orléans par un de ses professeurs d'alors, la rencontre avec maître Hirokazu Kobayashi a eu lieu. Coup de foudre immédiat. Une telle noblesse dans la façon de marcher, une telle fluidité ! Une telle douceur et une telle énergie dans les techniques. Jamais une grimace, jamais de crispation, ni du visage, ni des mains, toujours de belles positions de corps, une manière particulière de se déplacer et pas de violence. Une précision et une délicatesse dans l'utilisation des armes, etc. L'engagement était reparti pour onze années intensives (...), dont une année complète avec le maître au Japon et en Europe en 1982 - 1983.

Pratiquant la position assise zen depuis 1978, il fut ordonné moine zen en 1985, une nuit, en pleine montagne au bord d'un ruisseau, sous les cris d'un oiseau de nuit. En1990, au cours d'une séance de "méditation" zen, "il" vécut une expérience mystique (Nirvana), puis le Satori quelques jours plus tard. Il transmet depuis lors l'enseignement concret du Bouddha en Europe.

Quelques temps plus tard, il réalise l'importance de cette expérience alliée à toutes ses études et expériences antérieures. Dès lors, un changement radical, profond et naturel s'opère dans son existence, notamment dans l'Aïkidô qu'il pratique assidûment auprès de Maître Hirokazu Kobayashi en Europe et au Japon depuis onze ans. Le maître avait compris que cet élève cherchait toujours plus loin, plus profondément, vers, comme il disait "le kofuku". En 1991, ce dernier convie Daniel Lazennec à parcourir l'Europe en lui disant "pousse les portes des dôjôs et enseigne".

L'Aï-Doï, l'AÏKIDOÏ, est né naturellement, suite à cette expérience mystique, sans aucune réflexion particulière, dans l'action. C'est la conscience du corps qui a mis ce dernier dans une autre dynamique, qui a produit de nouvelles relations.
https://youtu.be/C38kd3CgMF4
Livres : Au Cœur de la vie, La force de la douceur, Du Budô au Bouddha, Les spirales de la paix, La sagesses des spirales, Héritiers d'Ô Senseï (boutique : http://boutique.bambukoro.org/3-livres-francais)
Puis :
Présent d'Orient, Le Lait et le Miel, Le Siège de Diamant, Le chemin des stances, La sagesse de la bio-conscience, La Sagesse de l'Âme, Corps vivant - conscience libre, Les douze fleurs de la Montagne de Paix, Le parfum du Lotus : (boutique : http://boutique.bambukoro.org/3-livres-francais)

Il est issu de plus de quarante années d'études actives au Japon et en Europe. La vie quotidienne de père de famille, vivant totalement dans la société en tant qu'entrepreneur dans le domaine de l'ergonomie et des risques psycho sociaux au travail, fait partie de l'évolution de cette discipline totalement impliquée dans le monde dit "moderne". Il a créé une méthode d'éducation physiologique et comportementale pour les enfants en milieu scolaire et forme des enseignants pour cette matière -Esti- tout en enseignant lui-même dans l'école des sports de Litvinov en Tchéquie.

Voilà quelques points spécifiques à l'AÏKIDOÏ, :
https://youtu.be/C38kd3CgMF4
Le souffle devient axe vertical, permet l'enracinement, le lien entre terre et ciel puis l'expiration devient moteur pour les déplacements autour de cet axe. Les déplacements, autour de l'axe vertical, sont circulaires la plupart du temps.
Le corps fonctionne par "hémicorps" (tout le côté gauche, de l'extrémité du gros orteil à la tête, sera moteur tandis que le côté droit directionnel ou réciproquement).
Issue du Bouddhisme Zen Vékidjo, l'attention portée sur les productions mentales et émotionnelles permet de produire des actes dépouillés des "montées égotiques", tels que peur, domination, agressivité, besoin inconscient de blesser, etc.
Les mouvements sont entièrement spiralés, tant dans la verticalité (des pieds à la tête) que dans l'horizontalité (des épaules au bout des doigts), supprimant toute dualité, toute "montées égotiques".
Les gestes sont codifiés pour ne jamais éveiller de menace entre les partenaires. Ils n'engendrent donc pas de violence, graines de souffrances et de guerres futures.
Les armes ont fait place à des "outils d'évolution".
Pas de dominant(e) et de dominé(e) : les partenaires échangent et s'entraident pour "nettoyer" les mémoires incarnées qui ferment l'être aux perceptions, sensations, concepts mentaux et à leur évolution. Etc.
C'est donc directement au travers du corps, de la bio-conscience que germent les conséquences du comportement, de la façon de penser la vie et d'être.
L'AÏKIDOÏ (consentement à l'union, à l'harmonie) est une autre manière d'agir et d'être.
Voici quelques aspects visuels de l'AÏKIDOÏ, les films sont volontairement au ralenti afin de pouvoir discerner avec précision la gestion corporelle et les actes des partenaires. A vitesse réelle, plusieurs de ces points essentiels ne pourraient être perçus. Les films sont courts, quelques exemples de situation ont été choisis pour illustrer. Ils sont forcément limitants. Les films date des années 93/94. L'AÏKIDOÏ, est en perpétuelle évolution, comme il est naturel.

Observez bien chaque partie des corps en action des pieds à la tête si vous voulez percevoir ce qui caractérise cette discipline, ne vous arrêtez pas sur des ressemblances, observez s'il vous plaît : le développement de l'attention, le développement de la conscience du corps, des sens et de la psychomotricité, les exercices issus de l'Aïki-Taïso et du Hatha-Yoga, le développement du respect, la dynamique relationnelle, le maniement d'outils issu de l'Aïki-Kendo et l'Aïki-Jodo, le travail des femmes et des hommes est souvent différencié.
L'AÏKIDOÏ est une proposition pour celles et ceux qui "sentent" dans cette discipline une résonance avec leur désir d'évoluer et de participer humblement à l'édification d'une humanité plus "humaniste", au sein de laquelle chacun(e) a sa place et contribue à la qualité de vivre : c'est un autre esprit en action pour le XXIe siècle.

L'AÏKIDOÏ n'est supérieur à aucune autre discipline. Chaque discipline, pratiquée par une personne à un moment donné, est parfaite. L'AÏKIDOÏ propose simplement autre chose, un autre chemin issu des Bu Dô, un chemin pour la paix profonde, le BU HEÏWA DÔ, dont les effets se font sentir dès les premiers moments de pratique.

Le transmetteur de cette discipline anime l'Université ESTI Occident - Orient, transmet la Voie du Bouddha et enseigne le Véki Yoga.
L'Université ESTI Occident - Orient abrite un dôjô réservé à l'AÏKIDOÏ : Dôjô Kobayashi Hirokazu Shihan no Takara. Les étudiants peuvent y séjourner et étudier comme c'était le cas au Japon dans le passé.