Kader Bentata :  Présentation

Fédération :
E.P.A I.S.T.A
Grade(s) :
6 ème Dan I.S.T.A
Parcours :
C'est en 1975 que Kader BENTATA débute l'Aïkido à Montceau-les-Mines, petite ville du sud de la Bourgogne située entre les plateaux du Charollais, les coteaux des vins de Santenay et de Mercurey et ceux du Beaujolais.

À cette époque l'Aïkido sous ses différentes formes de structures (nationale, régionale, etc.) est sous tutelle de FFJDA. Son professeur de l'époque est un pratiquant de sports de combat. L'aspect physique, la force et la rapidité sont les bases de travail. C'est dans ce contexte qu'il doit préparer son shodan. L'examen se déroule à Lyon avec comme jury des professeurs, qui eux, pratiquent l'Aïkido traditionnel. Cela lui fait prendre conscience de la nécessité de se remettre en question.

Fin 1978 le Dojo de Montceau perd son entraineur et c'est Kader BENTATA à l'âge de 19 ans qui reprend les cours. Dès lors, sa pratique va changer complètement. Il se forme à l'enseignement de l'aïkido en côtoyant les professeurs de la région Lyonnaise et plus particulièrement Alain PEYRACHE qu'il suit et assiste pendant de nombreuses années.

En parallèle, il rencontre de nombreux "maîtres" japonais à travers des stages et d'un séjour au Japon. Il constate que leur pratique est construite sur une pédagogie du modéle dont on connaît les limites : elle n'amène pas le pratiquant vers l'autonomie tant recherchée dans l'Aïkido traditionnel, mais au contraire vers une forme de soumission.

En 1983, il participe à la création de la FFLAB, où il prend des responsabilités sur la région Bourgogne, région qui est la 1ère à offrir le 1er stage à la FFLAB.

Dans les années 1980, il fait parti des enseignants qui sillonnent la France pour y transmettre un Aïkido de qualité et proche des préceptes de l'enseignement de Ueshiba où l'Aïkido tend à bâtir des hommes, adultes et responsables. "C'est soi-même qu'il faut corriger, pas les autres". Cette démarche se concrétise par la création de nombreux Dojo en Bourgogne et la formation de nombreux professeurs.

Dès le début des années 1990, il s'engage dans une lutte contre les instances qui gèrent l'Aïkido français comme une structure sportive. Il participe donc à la création de l'EPA, qui est un espace de liberté où chaque pratiquant engagé dans l'Aïkido peut évoluer et s'épanouir de façon autonome. Depuis les débuts de l'EPA, il s'occupe de la partie administrative et s'investit dans l'encadrement des stages dans toute la France et à l'étranger.